Un vignoble rouge tomate

Les vignerons aoûtiens ont eu plus de chance que les juilletistes lors de la matinée de travail organisée le dimanche 5 août. Le soleil était généreux et sur la table du déjeuner, après le labeur, chacun put déguster la première production du millésime 2012: … de savoureuses tomates!

Si la météo de juillet avait réservé une météo automnale au vignoble – la 5e matinée tomba à l’eau au propre comme au figuré, noyée sous la pluie – ce premier dimanche d’août était bien estival. Casquettes, chapeaux et canotiers étaient de rigueur. Heureusement, les travaux du jour ne demandaient pas trop d’effort physique sous la chaleur. Trois opérations devaient être réalisées: écimer les sarments, retirer les gourmands et égrapper la vigne pour ne conserver qu’une seule grappe par pied. Le tout pour renforcer les ceps.

Les bénévoles étaient en nombre, dont beaucoup de nouvelles têtes ravies de découvrir le vignoble. Plus de soixante bénévoles étaient à l’oeuvre! La foule était tellement grande et l’enthousiasme communicatif que tout fut réalisé en deux temps trois mouvements. Vers onze heures, tous les rangs de vigne étaient soigneusement toilettés. Certains ont entrepris de nettoyer sous le rang. Tous ont attendu une heure décente pour l’apéro.

Le déjeuner au vignoble permit de goûter les tomates qui ont poussé sous la serre, au fond du vignoble. Chacun était venu aussi avec un bout de pain, quelques feuilles de salade, des tranches de saucisson, un morceau de fromage, un petit flacon pour agrémenter le repas. Le tout fut réuni pour un buffet campagnard des plus agréables, une table dressée dans un équilibre périlleux entre deux brouettes. Le précieux édifice s’effondra, renversant tous les plats. Heureusement, ce fut tout à la fin du repas…

Les convives se sont quittés vers 15 heures, repus et heureux de ce moment partagé et convivial, au pied des coteaux du Beau Site, avec les rangs de vigne comme cadre, la villa comme décor et le ciel bleu comme toile de fond. Les déjeuners au vignoble connaissent un vrai succès. La formule de buffet vigneron sera reconduite – à la prochaine matinée, n’oubliez pas d’apporter votre contribution… et vos couverts!

L’an dernier, la première production du vignoble fut une soupe au potiron (il en avait poussé sauvagement entre les rangs de vigne). En 2012, on peut savourer les tomates et bientôt les courgettes. Il ne faudra pas attendre trop longtemps pour goûter enfin le précieux nectar, ce fameux  blanc de Genval qu’on se promet de réaliser bientôt. Il faut généralement cinq ans entre le moment de la plantation et celui où l’on peut produire un vin correct. Cela n’empêchera de récolter la grappe épargnée sur chaque pied et de réaliser une première tentative. Mais chut! c’est une autre histoire.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :