Du vignoble au chai, en se pressant quand même un peu

130915_Vendanges_10Dimanche 15 septembre, les vignerons ont pu profiter d’une belle fenêtre de tir entre un samedi où des pluies diluviennes ont arrosé toute la Belgique et un début de semaine tout aussi humide. Un dimanche sec qui s’annonçait parfait pour ces deuxièmes vendanges au vignoble de Genval.

130915_Vendanges_05Luc, notre maître de chai, dirigeait la manoeuvre. Il s’agissait d’abord de relever les filets posés pour protéger la raisin des oiseaux, ce qui donnait l’impression de défaire un grand emballage cadeau. En l’occurrence, les belles grappes de Solaris qui brillaient au soleil avaient de quoi réjouir les bénévoles.

130915_Vendanges_04

130915_Vendanges_02La partie de cache-cache pouvait commencer. Sur chaque ligne, il s’agissait de débusquer le raisin, lequel par filouterie prend un malin plaisir à se cacher derrière les feuilles de vigne. On a beau passer une fois, deux trois, trois fois. Il en reste toujours bien caché au recoin des sarments. Toute la récolte était rassemblée en bas du vignoble, sur les tables de pique-nique, où l’on séparait le bon grain de l’ivraie.

130915_Vendanges_06

130915_Vendanges_Bourgois_01Le ciel se fit quelque peu menaçant et Luc prit peur qu’un méchant grain ne tombe. On hâta d’embarquer les précieux cageots dans la voiture, bien à l’abri. Une trentaine de bénévoles étaient présents. En moins d’une heure, la messe était dite, les vendanges terminées.  Les bénévoles ont partagé un apéro bien mérité. Quand le vin est tiré, il faut le boire, mais quand le raisin est récolté, il faut aussi le presser. Et c’est pressant!

130915_Vendanges_12

130915_Vendanges_13Une petite équipe a pris la direction du chai provisoire, la future microbrasserie de Luc, rue de la Hulpe à Rosières. Les locaux sont aménagés pour offrir les meilleures conditions sanitaires. On protège ses chaussures, on couvre ses mains de gant et le travail de traitement du raisin peut commencer.

Le tri a pu être parachevé. Il s’agissait de retirer les grains abimés, mais aussi les coccinelles qui ont pris un malin plaisir à se cacher au beau milieu des grappes. Un travail délicat et méticuleux. D’autres ont commencé le foulage et l’égrappage. Faute de machine, on le fait avec les mains. On sépare les grains, on les écrase pour en extraire le jus. Puis la presse entre en action. Un filet s’échappe, précieux et délicat ruisseau blanc.

130915_Vendanges_15Chaque étape est bien enregistrée, pesée et soupesée. La récolte 2013 s’avère  fructueuse pour ces débuts du vignoble. Pas moins de 87 kilos de raisin ont pu être récoltés (beaucoup plus que les 12 kilos de l’an dernier). Il en ressort 60 kilos de jus qui se transformeront d’ici quelques mois en précieux nectar. On peut déjà imaginer les flacons qu’on débouchera ensemble!

130915_Vendanges_16

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :