La vigne ne tient qu’à un fil

La valse des masses et des maillets a accompli son dernier tour de piste, ce dimanche matin, pour la 5e matinée de travail au vignoble de Genval! Les derniers piquets destinés au palissage ont été plantés. Les câbles ont pu être tirés et les premiers sarments fixés.

La météo pourrie de ce mois de juin a laissé des traces dans le vignoble. Le vent qui a accompagné certains orages, les pluies torrentielles ont provoqué quelques dégâts, heureusement limités. Les sarments ont diablement poussé en quelques semaines et certains malmenés par l’orage ont ployé sous leur poids et se sont brisés. Il était urgent d’intervenir.

La vaillante équipe de planteurs de piquets a déployé moult efforts pour achever les dernières lignes. Une affaire rondement menée qui s’est achevée par le dernier coup de masse vers 10h30. Une fois leurs forces récupérées, les bénévoles se sont attaqués à la phase suivante: l’installation des câbles métalliques. En l’occurrence, ce sont les deux premiers fils qui ont été tendus sur toutes les lignes. Voilà qui bouleverse la géographique du vignoble: on ne pourra plus le traverser latéralement! Les lignes bien géométriques suivent les courbes du coteau, pointant toutes en direction de la Villa du Beau Site qui crâne de sa jeunesse retrouvée.

Les pluies torrentielles ont aussi laissé des traces au pied des vignes. Le sol est bien lourd. Il faut le travailler, le remuer encore, l’aérer, l’ameublir, à la houe, à la binette, au sarcloir ou à la griffe. Toutes les lignes ont pu être traitées non sans mal pour les bénévoles, alors que le soleil tapait dur (oui, oui, il était bien là pour cette matinée et certains en ont gardé des coups de soleil).

Une quarantaine de bénévoles étaient présents au rendez-vous, comme aux matinées précédentes. Le bourgmestre qui voulait voir comment évoluait le vignoble s’est dit surpris par le nombre d’enfants. Les vignerons du dimanche se recrutent à travers toutes les générations et les plus jeunes ne sont pas les moins motivés! Ils ont pris grand soin de la vigne, quand on commença à fixer les sarments sur les fils.

La matinée s’est achevée comme traditionnellement par un apéro. Les tables de pique-nique portent bien leur nom. Plusieurs étaient venus avec des victuailles et le dernier cercle s’installa pour saucissonner et improviser un déjeuner au vignoble.

Nicole, l’épouse de Joseph, avait préparé une tarte au pomme et une tarte à la rhubarbe qui ont ravi les papilles des gourmands.

En guise de promenade digestive, certains courageux ont continué de fixer la vigne dans le courant de l’après-midi, sous un soleil de plus en plus insistant. Le palissage est en bonne voie. Une nocturne organisée ce mardi permettra de boucler cette phase décisive. La vie de certains sarments ne tient qu’à un fil!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :