Des notes d’espoir et de paix au concert solidaire pour l’Ukraine

Le Centre culturel de Rixensart a fait le plein, ce dimanche 20 mars, pour le concert solidaire en faveur d’Ukraine 12-12. Le public a pu apprécier les notes classiques et jazz avec des musiciens d’exception. La prose et à la poésie ont aussi eu droit de cité, avec des moments de rare émotion.

« Comme une langue ancienne
Qu’on voudrait massacrer
Je veux être utile
À vivre et à rêver »

La chanson de Julien Clerc prend une résonance particulière dans la bouche de Vincent Leclercq, le comédien qui a déroulé le fil conducteur de la soirée. Que dire, que faire, devant tant de malheur? Quels mots pour traduire notre peine, notre sympathie pour la population civile meurtrie par la guerre?

En se réunissant un dimanche soir à Genval, au Centre culturel, les spectateurs ont apporté une petite pierre à l’édifice: l’intégralité de la recette du bar et du concert ira à Ukraine 12-12, le consortium d’associations qui agissent sur place (Caritas, la Croix-Rouge de Belgique, Handicap international, Médecins du monde, Oxfam, Plan international et l’Unicef). Les spectateurs n’étaient pas venus les mains vides. Une récolte de biens de première nécessité était par ailleurs organisée à l’entrée du Centre culturel: le public a été plus que généreux, comme en témoigne ce stock de médicaments, pansements, biberons, tétines, langes qui prendront d’ici peu la route vers l’Ukraine.

Le concert comportait deux volets musicaux. La violoniste Tatiana Samouil et le violoncelliste Sébastien Walnier se sont produits sur la scène du Centre culturel pour une prestation de haute volée, avec notamment un Kodaly très inspiré. Leur registre a abordé aussi les terres d’Ukraine, avec Reinhold Glière, un compositeur à cheval sur les cultures russe et ukrainienne. A l’image de Tatiana Samouil qui partage ces deux cultures.

Le volet jazz était assuré par le trio François Delporte (guitare ), Olivier Stalon (basse) et Aurélie Goudaer (violon). Ils ont promené le public ravi d’un tango argentin à la pluie belge, en passant par des notes orientalisantes et une danse roumaine qui le ramenait non loin de l’Ukraine, entraînante en diable. Les spectateurs étaient conquis par ce voyage éclectique.

Vincent Leclercq a convoqué de grands auteurs pour aborder la question de la guerre et de la paix: Victor Hugo qui proclame que si voler est une honte, envahir ne saurait être une gloire ou Guy de Maupassant qui demande pourquoi on ne jugerait pas les gouvernements après chaque guerre déclarée. Alain Henry a partagé une de ses poésies sur la scène du Centre culturel.

Un poète ukrainien était aussi mis à l’honneur ce dimanche soir, Taras Chevtchenko. Qui de mieux pour déclamer un de ses poèmes que Natalia? Elle a dû fuir son pays, voici quelques jours, devant l’avancée des troupes russes. Elle a accepté l’invitation de Vincent pour dire le texte en version originale.

Peu m’importe
De vivre ou non en Ukraine.
Que l’on se souvienne de moi ou que l’on m’oublie,
De moi dans ces neiges étrangères,
Cela m’importe peu.
..

Anastasia, la sœur de Natalia, a aussi pris le micro pour une chanson ukrainienne, accompagnée par François Delporte. Ils ont répété à peine deux fois, mais la musique s’affranchit des barrières linguistiques et le miracle se produit. Le public a partagé ce moment inoubliable, apportant par son ovation son soutien aux deux sœurs hébergées par une famille belge.

La soirée s’est achevée sur des vers d’Achille Chavée par la voix de Vincent Leclercq, avec toute la légèreté d’un éléphant sous le lit ou d’un cheval amoureux d’un papillon.

Rappelons-le, l’intégralité de la recette de la soirée ira à Ukraine 12-12 – nous en communiquerons le montant d’ici peu. Le concert était sold-out. Le bar a bien fonctionné, les boissons fournies gratuitement par des sponsors (brasserie Le Goupil, caviste Le Vin au Vert, Vignoble de Genval, Schweppes et Orangina) et le buffet garni par les familles du quartier ont régalé le public. Voilà une belle mobilisation collective et solidaire.

Quelques photos de la soirée:

Une réflexion sur “Des notes d’espoir et de paix au concert solidaire pour l’Ukraine

Laisser un commentaire