Un trait de Bobilus pour l’étiquette du 2021

La contre-étiquette du 2021 est signée par Pascal Vincke, aussi connu sous le nom de son personnage dessiné, Bobilus. Pour ce millésime anniversaire qui célèbre les 10 ans de création du vignoble de Genval, l’artiste rend hommage à Joseph Mazy, notre premier maître de culture.

Pascal est un enfant de Genval. Après des primaires à l’école Saint-Augustin, il s’est un peu éloigné pour les études, poursuivant son parcours scolaire à Wavre, puis à Namur, avant une formation artistique à Saint-Luc (Bruxelles). Mais c’était pour mieux revenir à Genval, où il vit toujours, à deux pas de la gare.

« J’ai entamé des études de bande-dessinée, pas tellement pour la BD en tant que telle, mais pour les horizons que cela m’ouvrait: j’apprécie surtout l’illustration, le portrait. J’ai eu d’excellents professeurs comme François Schuiten », confie Pascal. « Mais cela ne me convenait pas vraiment. J’étais vraiment illustrateur dans l’âme ».

Le hasard d’un service civil l’a mené au sein de la maison de la Paix, où il a appris sur le tas le métier de graphiste. Il est entré dans une association culturelle qui promeut l’actualité littéraire, mais qui couvre aussi des domaines comme le cinéma, le théâtre ou les arts plastiques. Il y travaille toujours comme graphiste, prêtant aussi son talent à des maisons d’édition belge.

Mais ce touche-à tout ne pouvait se limiter au seul graphisme. Il a poursuivi l’illustration, explorant de nouvelles techniques. « J »ai appris à dessiner sur tablette numérique et je me suis mis récemment à la sculpture. J’ai toujours été autodidacte. J’adore me lancer dans de nouveaux défis », confie-t-il.

Le nom de Bobilus évoque des consonances latines. Ce n’est pas tout à fait le fruit du hasard. Une parente avait mal entendu la formule « Annuntio vobis gaudium magnum: habemus papam ! » et évoqué un « bobilule » qui a bien fait rire ses proches. Ajouter à cela la vénération que Pascal voue à Moebius (Jean Giraud), le pape de la BD, et vous obtenez ce nom de Bobilus! Pascal croque souvent ce petit personnage qui lui ressemble beaucoup: bonhomme et enjoué.

Pascal est une figure bien connue des Genvalois. Il ne passe pas inaperçu – on le voit parfois déambuler dans les rues de Genval, pieds nus – parce que c’est bon pour la santé, explique-t-il. Il a œuvré au sein des associations de parents dans les écoles où sont passées ses deux filles (il a réalisé une fresque à l’école communale de Genval que les écoliers ont colorié), il s’occupe aussi du tennis club Leur Abri. Ses œuvres sont exposées régulièrement dans les commerces des environs et vivent aussi sur la toile.

Tout naturellement, pour les 10 ans de création du vignoble (planté en avril 2011), Pascal a repris le visage de Joseph Mazy, un pilier du vignoble, son premier maître de culture jusqu’à son décès en 2015. Bobilus a déjà eu l’occasion de venir travailler dans nos rangs de vigne et d’apprécier nos apéros (c’est aussi notre maître-BBQ à chaque fête!). « Ce vignoble a un côté très social que j’apprécie beaucoup, on y cultive les liens entre les personnes, on partage des choses et à la fin c’est plus important que le vin produit », dit-il.

Pascal apprécie le bon vin. « Il vaut mieux le vin d’ici que l’eau de là », aime-t-il répéter, avouant un penchant pour les Bordeaux, en particulier pour les Saint-Emilion. Il apprécie aussi le Chardonnay. Le vin blanc sec de Genval n’est pas pour déplaire à Pascal. Il a déjà eu l’occasion de la savourer lors de nos apéros. Le millésime 2021 aura une saveur encore plus particulière, avec sa patte sur l’étiquette!

Laisser un commentaire